On ne comprend pas souvent la cause du rejet de son installation électrique. Si l’installation électrique est rejetée, c’est qu’elle est non conforme. Ce qui nécessite sa mise en conformité. Cependant, la plupart des gens ne savent pas à quoi consiste la mise en conformité électrique. Retrouvez dans cet article tout ce qu’il faut savoir sur le sujet.

La mise en conformité électrique d’après la loi belge

Tout d’abord, la mise en conformité électricité a pour nature de vérifier que l’installation respecte les normes en vigueur. Elle est obligatoire pour toute construction neuve effectuée après le 1er octobre 1981 pour un raccordement au réseau. De même, une vérification tous les 25 ans pour les habitations standards et 5 ans pour les immeubles de rapport est également obligatoire.

D’ailleurs, depuis le 1er juillet 2008, toute vente d’immeuble effectuée avant le 1er octobre 1981 doit faire l’objet d’une mise en conformité électrique. Les frais qui en résulte reviennent à l’acheteur, et en l’absence de l’attestation de contrôle, la vente ne peut pas avoir lieu. Toutefois, l’acheteur dispose d’un délai de 18 mois après l’achat pour remplir ces obligations.

Mise en œuvre et validation de la mise en conformité

La première chose à faire est de contacter un organisme de contrôle agréé. Ensuite, lorsque l’attestation de contrôle est délivrée, on doit faire appel à un électricien agréé pour faire les travaux nécessaires. Après la réalisation des travaux, il ne reste plus qu’à faire repasser l’organisme de contrôle pour valider la mise en conformité. Ainsi, un certificat de conformité dont la validité est de 25 ans sera en votre possession.

L’intérêt d’effectuer la mise en conformité

Mis à part son aspect obligatoire du point du vue légale, il est essentiel en matière de sécurité de faire en sorte que l’installation respecte les normes afin de réduire le risque d’incendie ou d’accident.

Par ailleurs, il s’avère être utile de faire soi-même la mise en conformité lorsque l’on souhaite vendre son bien. Cela rassure les acquéreurs potentiels et permet de vendre l’immeuble à une plus-value. En revanche, si ce n’est pas le cas, certains acheteurs vont sûrement demander une remise sur le prix de vente, voire même refuser tout simplement la vente.

Le coût d’une mise en conformité

En ce qui concerne le coût de la mise en conformité, tout va dépendre de l’ancienneté de l’installation. En effet, une installation intégrale pour un immeuble totalement dépassé peut coûter entre 6.000 et 7.000 euros. Cependant, en cas de mise à jour légère, le coût va être parfois moins de 1.000 euros. Par ailleurs, il faut également compter un forfait de 150 euros après les travaux. C’est pour le passage de l’organisme de contrôle de l’installation électrique.

À faire avant d’appeler l’organisme de contrôle

Pour terminer, il faut savoir que les organismes de contrôle ont besoin de certains documents pour pouvoir faire leur travail. Dans ce cas, avant de les appeler, il faut préparer ces documents. Parmi eux, on peut citer le schéma unifilaire de l’installation ainsi que le schéma de position des différents éléments de l’installation. À défaut, on peut demander à un électricien de le faire. Enfin, il faut également le code EAN à 18 chiffres qui identifie le raccordement de l’installation électrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *